sexagénaire cherche emploi

journal d’une recherche d’emploi tardive

 

galère, donne-moi une rame

Petits commerçants indépendants en forte chute de revenus.

Plus de trésorerie.

Le local est à nous donc en plus des charges de fonctionnement s’ajoutent taxe foncière + frais de syndic qu’il faudra continuer à régler régulièrement même si nous cessons notre commerce.

Pas moyen vraiment d’arrêter sans rien pour remplacer.

La gestion municipale a entraîné un afaiblissement de la valeur commerciale et immobilière de notre bien.

La conjoncture économique aggrave la situation.

Peu de chances de louer et si nous y parvenons, il est probable que cela sera pour peu de temps,  le suivant pouvant facilement se planter en beauté.

Peu de chances de vendre sinon à un prix modique au-dessous de sa valeur courante.

Nous hésitons. Nous avons des enfants. Nous craignons leur faire perdre une partie du patrimoine par faiblesse.

Ne sachant trop que faire j’ai demandé un rmi qui m’a été accordé. Nous avons perçu depuis octobre 2008, 286€ mensuel de rmi

bien que je sois déclarée au réel simplifié, le Conseil général a admis par « dérogation » que j’étais au forfait

du coup les bénéfices considérés sont supérieurs au bénéfices réels.

Pour vivre le quotidien, nous devons donc ne pas payer nos charges commerciales et ne plus investir pratiquement.

135€ mensuels ont été retenus car la maison que nous habitons nous appartient.

Je comprends parfaitement leur position.

C’est vrai que nous avons une maison /de ville sans garage ni jardin ni cour/

C’est vrai que nous avons un local commercial bien à nous.

Cependant, pas de revenus suffisants pour payer toutes les charges.

D’ailleurs pas de revenus suffisants tout court.

La semaine dernière, nous nous sommes inscrits à Pôle Emploi

Nous avons rendez-vous pour un entretien, vendredi après-midi.

C’est peut-être là que nos mésaventures de senior commencent

Dans : Liens
Par psychoses
Le 8 avril, 2009
A 20:12
Commentaires : 15
 
 

petite reprise

4 avril 2011
bilan approximatif
nous cherchons toujours un emploi
très mollement car le refus est systématique
je me suis inscrite comme autoentrepreneur pour continuer à liquider mes articles en attendant de vendre la boutique
peu de chance de la vendre car la ville entière va mal
je suis en train d’essayer de lancer un groupe de blocs et de sites pour centraliser l’information sur Béziers
je mettrai bientôt les liens
merci de me lire

Dans : Liens
Par psychoses
Le 4 avril, 2011
A 13:03
Commentaires : 0
 
 

la suite mais pas la fin

Je résume:

le » RMI », Revenu Minimum d’Insertion,  instauré en france depuis1988/1989 s’est changé en juin 2009 en RSA, Revenu de Solidarité Active.

Nous avons signé un contrat d’insertion chez l’assistante sociale qui nous dirigea d’abord vers la « CLI » Commission Locale d’Insertion dépendant du Conseil Général du département,  qui nous donna rendez-vous à chacun, mon compagnon et moi, séparément.

Lors de ces entretiens, on décida d’ orienter chacun de nous  vers un organisme nommé IPS (Institut de Promotion Sociale), censé nous accompagner dans notre démarche  d’insertion.

Bien sûr, nous avons dû chaque fois signer un contrat. D’abord un contrat d’insertion général, puis l’orientation vers l’IPS.

A notre étonnement,  nous apprîmes, en consultant le web, que l’IPS  était  un établissement destiné aux handicapés. Il est vrai que trois de nos six enfants ont été diagnostiqués comme schizophrènes et que nous avions mentionné ce fait comme ayant été l’un des facteurs de notre désarroi commercial et économique.  Les troubles psychotiques s’étant déclarés tardivement, ces dernières années, alors qu’ils étaient étudiants.

Mon compagnon et moi fûmes suivis par deux personnes différentes, deux jeunes femmes qui nous donnèrent environ un rendez-vous tous les huit/dix jours pour des  entretiens minute où nous devions dire où nous en étions de nos démarches pour trouver un travail ou autre solution (?!)

Inutilité de la démarche qui nous a laissé l’impression d’être « psychiatrisé »:  J’ai moi-même été jugée « confuse »,   »affabulatrice », « hyper active », tout ceci parce que j’énumérai quelques expériences de travail et quelques possibilités d’actions diverses,  et enfin, soupçonnée de faire un transfert parce que j’avais envoyé un mail de trois lignes à mon accompagnatrice pour l’informer d’un rendez-vous pris.

Mon compagnon a craqué une fois lors de l’un de ces entretiens fantoches, ne supportant plus d’être infantilisé. Du coup, ne trouvant pas d’emploi dans le domaine de la vente et las de tous ces atermoiements, il a choisi une formation d’ouvrier viticole, formation comportant plusieurs modules : la taille, la cave, le tracteur, la commercialisation du vin…

Il a commencé lundi 18 janvier. Cours théorique et pratique de la taille du vignoble local.

Je repère sur unblog.fr, le blog http://cbql.unblog.fr/tag/le-travail-de-la-vigne/

Dans : Liens
Par psychoses
Le 25 janvier, 2010
A 22:20
Commentaires : 0
 
 

péripéties allocatives

j’avais oublié ce blog

sans doute, les soucis

où en sommes nous, est-ce bien l’heure des bilans

se succèdent les non évènements qui tuent

reçu en fin avril un courrier d’un contrôleur de la caf comme quoi je ne m’étais pas rendue à la convocation (!!!) que l’on était passé chez moi et que nous n’étions pas là (!!!)

que nous risquions la suspension d’allocs à brève échéance si nous ne téléphonions pas d’urgence ou ne nous rendions pas à une certaine caf, une inhabituelle que nous ne fréquentons pas

téléphoné, pas répondu, une fois, deux fois, trois fois

et puis soudain, un type au bout de la ligne, un type qui en a marre qu’on le dérange, merde, il travaille dans une banque, il en a marre de tous ces pauvres qui le prennent pour un contrôleur de la caf !

je me rends alors dans ce bureau caf que je ne fréquente pas mais qui a été indiqué sur le papier, sans doute un centre de contrôle

mais on me dit sur place qu’on ne sait vraiment rien de rien des contrôleurs, il vont et viennent au gré de leurs rendez-vous, on ne sait où les contacter

l’employée d’accueil est surprise de voir leur adresse affichée sur le courrier

elle fait appel à ses collègues qui l’entourent bientôt circonspectes, elles me détaillent du regard, histoire de voir si je ne m’adonne pas à la boisson ou à quelque pire substance

 

je téléphone à ma caf qui n’y comprend rien, le mieux c’est sans doute que je me rende à leurs bureaux

j’y vais, au guichet dialogue de sourds et regards goguenards, l’employé me file une fiche où il est écrit que je ne me suis pas rendue à la convocation et que je les prie de bien vouloir me donner un autre rendez-vous

il faudrait que je signe ces allégations mensongères

je m’insurge, je n’ai jamais reçu une convocation quelconque

quant à la visite à mon domicile, normal que je n’y étais pas, je suis encore en activité, j’ai rien caché !

de plus, personne n’a laissé un avis de passage

je demande à voir un technicien là bas, un plus sérieux que l’on a mis en aquarium

attente

je tombe sur une jeune femme aimable qui compatit bien que manifestement elle ne croit pas trop à mon histoire

elle essaie de me piéger sur le numéro de téléphone

et comme par magie, tombe sur un bureau caf, elle me sourit comme à une enfant ou une vieillarde, ça veut dire: « tu vois, ça marche, fallait juste appuyer sur les bonnes touches »

mais ô miracle, à peine va-t-elle saluer son interlocuteur que la communication est coupée

étonnée mais vite remise, elle réitère et cette fois tombe sur le banquier

il y a des jours où je suis heureuse

elle a médité à voix haute des problèmes probables de connexions croisées et a fini du coup par s’intéresser plus sérieusement à mon cas et m’a obtenu un rendez-vous pour dans une semaine, le croirez-vous ?

au rendez-vous du contrôleur, celui-ci était très bizarrement dans ses petits souliers

il m’a affirmé que c’était une routine, que ce n’était pas grave si je n’avais pas reçu sa convoc, que ce n’était pas grave si je n’étais pas à mon domicile, non il ne laissait pas forcément un avis de passage

j’ai tendu les photocopies des documents dont on m’avait dressé la liste

il les a vaguement touchés, pris quelques uns au hasard, pas même lus

il s’est levé pour me serrer la main en me disant que tout était arrangé

peut-être, mais pas pour longtemps et notre allocation de 287.83€ est arrivée en mai le 15 au lieu du 6

Dans : Liens
Par psychoses
Le 2 septembre, 2009
A 5:51
Commentaires : 0
 
 

Entretien

Entretien avec une employée de Pôle Emploi, vendredi après-midi.

Nous avons fermé le magasin de 13h30 à 15h puisque nous avions rencart tous les deux à 20 minutes d’écart.

Pas beaucoup de perte, en ces vacances de Pâques, notre avenue était particulièrement déserte.

Dès l’entrée, la nana s’est excusée de marcher vite; c’est vrai que de mon côté, je marchais normalement et elle avait 3 pas d’avance sur moi lors du parcours d’une dizaine de mètres qui séparaient l’accueil de son bureau. La même allure dynamique que les animateurs qui rentrent en scène sur un plateau télé.

A mon avis, ils copient la démarche affairée des businessmen rejoignant leur quai d’embarcation.

C’était bien entendu un mauvais point pour moi. J’étais déjà out, trop lente ou pas décidée, voire les deux.

Elle a pris une figure aimable, . S’étant fait instantanément son opinion, elle m’a fait la grâce de ne pas me dévisager. vite fait de voir que je ne portais pas une tenue adhoc et que je n’étais pas maquillée.

Elle me l’a presque tout de suite dit. En vente, il n’y avait rien de rien.

Elle s’est tournée en diagonale pour remplir les blancs qui s’affichaient à l’écran.

quelques questions…

Pourquoi étais-je là ? Ah oui, je cherchais un emploi; mais pourquoi ? après tout j’avais presque 60 ans, l’heure de préparer ma retraite ?

Ah, bien sûr, peut-être n’avais-je pas assez cotisé ? D’abord, est-ce que j’avais cherché du travail ?

je n’en avais pas trouvé et c’est pour ça que je m’étais inscrite ?

Ah bon, j’étais commerçante ? ça avait duré combien de temps ?

Je l’étais encore ? Ah, elle n’avait pas compris cela… Elle se demandait si j’avais le droit d’être là, elle s’est absentée pour chercher si c’était bien légal…

Finalement, ça l’était, donc j’étais commerçante, en quoi ?

j’ai dit « t-shirts, accessoires… un peu de tout », elle m’a proposé « bazard ? »

Pourquoi pas, j’ai répondu

BAZARD avec un D, elle m’a demandé ?

non, sans D, j’ai fait

et du  coup puisque l’écran était de côté, j’ai commencé à regarder ce qu’elle écrivait tout en expliquant mes motivations pécuniaires, notre commerce ne nous rapportait plus

J’ai lu qu’elle avait tapé à peu près ce que je lui avais dit en plus biscornu et que  »j’avais décider de chercher un emploi » mais je n’ai pas repris la faute, ce n’est pas mon genre quand on me demande pas.

Non, je n’avais pas cessé mon commerce, je répétais plusieurs fois, parce que je n’avais pas droit au chômage et que le rmi serait insuffisant pour payer les charges du local puisqu’il était à nous

elle s’est arrêtée pour réfléchir, ça lui semblait visiblement tiré par les cheveux

mais alors pourquoi on ne vend pas ?

Eh bien, parce qu’en plus de la configuration économique quelque peu bouleversante,  en plus du fait que nous sommes dans une petite ville qui a toujours été dans le marasme, le maire a fait le con, ses mesures ont paupérisé le centre ville et le quartier neuf en construction juste en bordure a ôté la valeur immobilière de notre bien

Ah, elle soupire, elle revient sur un terrain connu, reconnaît qu’on lui a déjà touché un mot de cette histoire, effectivement, cela ne va pas être facile pour les commerçants du « coeur » de ville.

Bon, c’est pas tout ça, mon niveau ? mes compétences ? ce que je veux faire sauf la vente, vous comprenez, la vente, il n’y a pas grand-chose déjà pour les jeunes

niveu bac ? vous avez le diplôme ? non, j’ai raté mais j’ai une bonne culture générale

bac littéraire, vous dites ? autre chose ? vous avez déjà travaillé ?

oui, commerçante….

J’ai aussi fait des tas de trucs avant, des boulots en temporaire et puis des trucs d’indépendante

Elle balaie, ça ne l’intéresse pas, j’ai l’impression qu’elle croit que je fantasme et qu’elle veut me montrer qu’elle n’a pas de temps à perdre à ça

me demande ce que j’envisage car de toute façon il n’y a pas grand chose pour moi

Je propose, pour voir, service à la personne ?

Ah oui, vous avez de l’expérience, oui, c’est vrai 6 enfants… (il me semble qu’elle se gausse en filigrane, peut-être suis-je parano ?)

mais en professionnel ? non…

vous dites que vous êtes occupé d’un parent ?

oui… vous pouvez toujours voir… 

mais vous savez, il faut que vous cherchiez, il faut rédiger des cv, les envoyer…

vous vous sentez capable de rédiger un CV ?

Dans : Liens
Par psychoses
Le 12 avril, 2009
A 21:21
Commentaires : 0
 
 

Inscription

Je me suis inscrite sur web à Pôle Emploi /ancienne ANPE fusionnée aux ASSEDIC la semaine dernière

Le surlendemain, j’ai reçu confirmation de mon inscription par courrier.

Y étaient joints, une convocation pour un entretien,

la notification de non-droits aux ASSEDIC

/non seulement, je suis encore commerçante mais de toute façon, ma cessation ne m’ouvrirait aucun droit aux allocations chômage mais seulement à une légère augmentation de mon RMI, augmentation qui serait annulée du fait que des dépenses liées à mon local commercial dont je suis propriétaire et qui actuellement sont à la charge de mon commerce, seraient maintenus/

une notice informative sur les démarches mensuelles à suivre avec les différentes adresses et numéros de téléphone et puis mes identifiants,

un plan d’accès aux bureaux de Pôle Emploi

un formulaire de préparation à l’entretien comprenant une liste de questions sur ma situation, mes compétences, la nature de ma recherche d’emploi etc

une liste des emplois les plus recherchés.

Aujourd’hui, j’ai reçu un second courrier contenant un bordereau qu’il me faudra envoyer en cas de changement de situation.

Je remarque pour l’instant

qu’on aurait pu inclure le dernier document au premier courrier

que l’on ne m’a pas indiqué pour l’instant, les aides exceptionnelles qu’on pourrait me fournir comme par exemple une carte de transport gratuite.

 

 

Dans : courriers
Par psychoses
Le 9 avril, 2009
A 2:20
Commentaires : 0
 
 
 

ouvrir les yeux |
soulrebel |
Pluri'Elles pour la parité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ioana et Loic
| le contre pouvoir
| Le Monde et l'argent....